Sedus, pionnier du siège de bureau ergonomique : de la rotation à ressort à l’assise dynamique

Il y a 90 ans, Sedus mettait au point la rotation à ressort et faisait breveter cette innovation dans le monde entier. L’entreprise créait ainsi l’ancêtre du siège de bureau moderne. Près d’un demi-siècle plus tard, le mécanisme Similar marque le début d’une nouvelle ère de l’assise dynamique.

Lorsque nous achetons une nouvelle voiture, nous voulons qu’elle soit à la pointe de la technologie et équipée des options de sécurité les plus avancées. Dans un autre registre, nous passons 8 heures assis au bureau sans songer un instant au siège que nous occupons toute la journée, qui regorge pourtant lui aussi de caractéristiques techniques surprenantes.

Hier

Au moment où Albert Stoll, alors jeune entrepreneur, quitte Bad Cannstatt pour installer son siège social à Waldshut dans le sud-ouest de l’Allemagne à la frontière suisse, il ne se doute pas que lui et sa descendance s’apprêtent à écrire une page d’histoire. Il souhaite fabriquer des chaises de bar et des fauteuils à bascule en utilisant la technique du cintrage du bois à la vapeur d'eau. Un an plus tard, il ouvre une seconde usine à Klingnau en Suisse. Au cours de la décennie 1890, il se concentre sur les sièges de bureau et développe un modèle quatre pieds en bois courbé, dont la colonne tournée munie d’un insert fileté permet un réglage en hauteur et en rotation.

Son fils, également prénommé Albert, hérite de son esprit novateur. Convaincu que le siège va devenir un « outil de travail » de plus en plus important, il décide de suivre son intuition et de travailler sur l’ergonomie au bureau (même si, à l’époque, le terme n’existe pas encore). Il invente la rotation à ressort, qu’il présente au grand public en 1926 à la Foire de Leipzig. Il s’agit du premier siège de travail doté d’une suspension rotative sur colonne et d’un dossier mobile, aujourd’hui considéré comme le précurseur du siège de bureau moderne.

Plus tard, trois des quatre fils d’Albert Stoll reprennent le flambeau. Albert (troisième du nom) prend la tête de l’usine en Suisse (aujourd’hui Giroflex à Koblenz), tandis que Christof et Martin codirigent l’activité à Waldshut jusqu’au démantèlement de l’entreprise en 1958. Christof poursuit ensuite l’aventure sur le site de Waldshut sous la nouvelle marque Sedus. Dirigeant visionnaire, il cultive l’esprit novateur de la famille et crée en 1970 le plus grand service de recherche et développement à la pointe de la modernité, accélérant l’essor économique de l’entreprise.

Les mesures prises ne tardent pas à porter leurs fruits. En 1973, la nouvelle génération met au point les techniques qui révolutionneront bientôt le siège de travail et sont aujourd’hui considérées comme des normes internationales. Le mécanisme Similar (encore appelé mécanisme synchrone) assure un accompagnement des mouvements du corps via l’inclinaison synchrone du dossier et de l’assise. Le contact permanent avec le dossier assure un bon maintien même lors des changements de posture, évitant une sollicitation inutile de la colonne vertébrale.

Mais la personnalité visionnaire de Christof Stoll va plus loin. Dès les années 1950, il introduit la participation des salariés aux résultats de l’entreprise et s’engage activement en faveur de la protection de l’environnement. Emma, son épouse, veille quant à elle à ce que le restaurant d’entreprise propose une alimentation saine et complète au personnel. En 1985, tous deux décident de transférer leur fortune à la fondation à but non lucratif Stoll VITA, y compris leur participation majoritaire dans la société familiale qui deviendra Sedus Stoll en 1995. Cette fondation s’engage notamment en faveur de la diffusion d’une culture de l’alimentation saine et occupe les locaux de Waldshut dès sa création, tout comme le « musée du siège » où sont exposés les modèles principaux de l’histoire de l’entreprise.

Aujourd’hui

En 2000, Sedus lance une nouveauté mondiale : le modèle open up. Il s’agit du premier siège de travail doté d’un angle d’ouverture supérieur à 40 degrés, qui permet un travail de bureau dynamique même en position presque allongée. En 2012, le mécanisme Similar-Swing, un nouveau concept d’assise cinématique, est mis au point et fait l’objet de six brevets.

Au dernier Salon professionnel Orgatec en automne 2016, Sedus a exposé quelques-uns de ses concepts et modèles d’aménagements de bureaux destinés à répondre aux besoins contemporains. Il s’agit de postes de travail ergonomiques offrant la possibilité d’alterner travail assis et debout afin de rester en forme, et où l’aménagement de l’espace tend à favoriser aussi bien le mouvement que la communication.

L’évènement a également été l’occasion de lancer une première mondiale : une appli pour smartphone permettant aux collaborateurs de trouver le poste de travail libre le plus proche ou encore de savoir où se trouvent leurs collègues dans le bâtiment. Une sorte de GPS au bureau, qui fournit également des informations précieuses aux services généraux en matière d’occupation des surfaces, facilitant ainsi une organisation de l’espace plus efficace.

Demain

Le mobilier de bureau va évoluer pour devenir un élément « participant à la situation de travail ». Déjà, les bureaux d’aujourd’hui se règlent en hauteur à l’aide d’un simple bouton ; la force de rappel du dossier des sièges s’adapte au poids et à la taille de l’utilisateur ; des capteurs enregistrent la durée pendant laquelle le collaborateur reste sur son siège ainsi que ses habitudes en vue d’optimiser le comportement d’assise ; d’autres types de capteurs servent à commander la luminosité et la température de la pièce.

Personne ne sait ce que l’avenir nous réserve, mais peut-être qu’un jour, le mobilier nous parlera comme un GPS...