Terroir et modernité

Sedus : le pionnier de l’écologie en entreprise

Cela fait plus de 50 ans que le sujet sensible de l’environnement et des ressources fait partie intégrante de la philosophie d’entreprise adoptée par Sedus. On peut même dire qu’il s’agit d’un véritable pionnier en matière d’écologie. « L’écologie et l’économie ne s’opposent pas, ce sont deux piliers essentiels d’un ensemble. » Cette loi tacite appliquée depuis des décennies a aujourd’hui pris la forme de douze principes directeurs et a été ancrée dans le système de management environnemental de l’organisation. Une philosophie particulièrement visible à travers la culture d’entreprise... qui passe aussi par l’estomac !

Aujourd’hui, le développement durable est sur toutes les lèvres. Que ce soit à mots couverts, dans le cadre d’une stratégie d’écoblanchiment ou encore comme élément authentique de la philosophie d’entreprise et de toutes les actions sous-jacentes qui l’accompagnent. Il existe en tout cas un large consensus social sur le sujet : il est indispensable de transformer les grands principes écologiques en mesures concrètes. Tous les individus et toutes les organisations peuvent contribuer activement à protéger les fondements de la vie sur notre planète en prenant conscience de leurs responsabilités en la matière. En définitive, c’est à chacun d’expérimenter pour lui-même cette démarche vers un mode de vie durable. Quant aux entreprises, elles peuvent montrer l’exemple en intégrant la gestion du développement durable à leur stratégie d’entreprise. Sedus a commencé très tôt à penser de cette manière, ce qui était très novateur pour l’époque.

Des mesures avant-gardistes
Le choix du site lors de la création de l’entreprise en 1871 n’est pas anodin. Outre les ressources en bois en bordure sud de la Forêt-Noire, la commune de Waldshut dans le Haut-Rhin bénéficiait également de conditions de transport avantageuses de par son double raccordement aux réseaux ferroviaires allemand et suisse, ce qui en faisait une localisation idéale à long terme. Par conséquent, les efforts se sont d’emblée portés sur une conception et une production écologiques.
Bien avant que la « conception écologique des produits » ne devienne un terme à la mode, les ingénieurs R & D et les designers de Sedus se demandaient déjà comment fournir un produit de haute qualité environnementale. La réponse à cette question a débouché sur une philosophie très simple : par la qualité et la solidité. Ces propriétés essentielles caractérisent les produits Sedus depuis toujours. On peut y ajouter la haute exigence de qualité en matière de conception, qui se poursuit sans discontinuer depuis le milieu des années quatre-vingt-dix et a été récompensée par de nombreux prix de design. Par ailleurs, tout ce qui a trait au développement durable est essentiel en matière d’achat, de processus de production, de logistique et de recyclage. Ces critères, qui ont reçu distinctions et certifications, font désormais partie intégrante de l’entreprise (cf. page 12).

Du ravitaillement d’urgence à l’agriculture biologique et au restaurant d’excellence
Sur un autre plan, Christof et Emma Stoll, la troisième génération à diriger l’entreprise selon une approche anthroposophique, ont décidé dès les années cinquante de faire profiter leurs collaborateurs d’une alimentation complète. D’une simple soupe garantissant une alimentation nutritive et saine en servant les légumes cultivés par l’entreprise elle-même, la cuisine est devenue de plus en plus professionnelle au fil du temps, dès 1966 et jusqu’à aujourd’hui. Elle est désormais une cuisine industrielle possédant sa propre équipe et le restaurant d’entreprise « Oase ». Les terres arables de Sedus s’étendent sur près de six hectares au total et sont cultivées par l’équipe de la société Eulenhof dans le respect des principes de l’agriculture biologique. Tout comme par le passé, c’est de là que proviennent les légumes et salades produits sans aucun ajout d’engrais chimiques, ni de pesticides. Près de 200 poules fournissent au restaurant les œufs dont il a besoin, servant aussi occasionnellement à garnir les soupes, tandis que quelques cochons assurent l’élimination des déchets des légumes dans le respect des principes du développement durable. On fait également très attention à la qualité lors de l’achat des denrées alimentaires complémentaires, essentiellement issues de la région. La viande et le poisson sont plutôt considérés comme des accompagnements que comme le constituant principal des repas. Dans un souci de conservation des nutriments, le menu propose essentiellement des plats qui ne nécessitent que des aliments ayant subi peu de transformations et permettent le recours à des méthodes de préparation et de cuisson douces. À l’heure actuelle, le chef Ulrich Rotzinger et son équipe de cuisiniers préparent près de 200 déjeuners chaque jour dans la cuisine moderne de l’entreprise. Les clients et les visiteurs peuvent également se régaler à l’« Oase ». Près de la moitié des convives optent pour le menu ovo-lacto-végétarien. Il s’agit d’un régime sans viande contenant des produits laitiers et des œufs, et qui se traduit dans le menu par une diversité et une virtuosité presque illimitées.  

Les étapes clés de management environnemental de Sedus Stoll AG

En 1993, Christof Stoll a été élu manager écologique de l’année par l’organisation WWF (World Wide Fund For Nature) et par le magazine Capital. En 1988, 1989, 1992, 1994, 1996 et 1999, la société a été récompensée pour sa gestion d’entreprise respectueuse de l’environnement par le cercle des entrepreneurs indépendants en Allemagne (ASU). En 1995, Sedus a été le premier fabricant de mobilier de bureau à faire valider son système de management environnemental selon le règlement européen « éco-audit » en vigueur à l’époque (aujourd’hui EMAS III). La certification selon la norme environnementale internationale ISO 14001 a été obtenue en 2001. Le lancement du système de management environnemental témoigne d’une philosophie à l’œuvre depuis longtemps chez Sedus Stoll AG. En 2012, l’entreprise souhaite obtenir la certification relative à la nouvelle norme ISO 50001:2011 (management de l’énergie).

Mens sana in corpore sano
L’engagement du couple Stoll en leur qualité d’entrepreneurs dans le domaine de l’alimentation n’était toutefois pas complètement désintéressé et on ne peut pas leur en vouloir. Le choix des aliments a en effet des répercussions immédiates sur le bon fonctionnement et sur la protection de l’organisme. Le philosophe Ludwig Feuerbach (1804–1872) disait déjà : « L’homme est ce qu’il mange ! » Ainsi, une nourriture de premier choix améliore naturellement la qualité de vie et optimise donc l’état général des collaborateurs sur le lieu de travail‚ ce qui participe également au maintien de la productivité. Cette offre mise en place par l’entreprise favorise une prise de conscience en matière de santé et d’environnement tout en donnant une impulsion au changement des habitudes, notamment alimentaires, ce qui constitue une chance non négligeable d’avoir des collaborateurs en bonne santé, productifs et motivés. La boucle est bouclée. On revient au principe évoqué au départ, selon lequel écologie et économie sont deux piliers d’un même ensemble : les collaborateurs représentent en effet le capital le plus précieux de l’entreprise, mais aussi de toute évidence le plus cher. En Europe, dans le secteur tertiaire, le coût des cols blancs représente 80 % des dépenses totales.

Manger ensemble pour être de bonne humeur
Une offre de nourriture saine devrait être un élément obligatoire de la gestion de la santé en entreprise et de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). D’une part, elles contribuent ainsi significativement au bien-être de leurs collaborateurs et à l’équilibre de leur quotidien au travail. D’autre part, une telle démarche augmente leur potentiel de séduction en tant qu’employeur. Sans oublier qu’un bon repas pris en commun dans une atmosphère agréable stimule la communication informelle. Un restaurant d’entreprise où l’on se sent bien est un lieu où les salariés passent volontiers du temps et un élément essentiel d’une Place 2.5 réussie !

La fondation Stoll VITA

C’est en 1985 que Christof et Emma Stoll ont créé la fondation Stoll VITA qui leur a permis, à défaut d’héritiers, de poursuivre l’œuvre de toute une vie et de conserver leurs idéaux. Parmi les objectifs de la fondation, on peut citer la recherche scientifique en matière de soins de santé publique et de formation, notamment dans les domaines de la protection de la nature et de l’environnement, de la préservation des paysages ou encore de l’élevage d’animaux et de la culture des plantes. Le patrimoine de la fondation se compose pour l’essentiel de participations en actions détenues dans la société Sedus Stoll AG. L’ancien site de Waldshut a été transformé en un jardin accessible au public et doté d’une aire de jeux. Les bâtiments existants abritent, entre autres, un musée avec des salles d’exposition, des salles de conférence et une cuisine plus particulièrement destinée à dispenser des cours de cuisine. Une école maternelle va également voir le jour dans l’un des bâtiments. Les plus jeunes pourront donc eux aussi bientôt profiter de cet environnement enrichissant d’un point de vue pédagogique et développer leur curiosité pour l’horticulture et la nourriture saine.